dijous, 8 de desembre de 2016

L'aire lliure








"L'air est lourd autour de nous. La vieille Europe s'engourdit dans une atmosphère pesante et viciée. Un matérialisme sans grandeur pèse sur la pensée, et entrave l'action des gouvernements et des individus. Le monde meurt d'asphyxie dans son égoïsme prudent et vil. Le monde étouffe. - Rouvrons les fenêtres. Faisons rentrer l'air libre. Respirons le souffle des héros.

La vie est dure. Elle est un combat de chaque jour pour ceux qui ne se résignent pas à la médiocrité de l'âme, et un triste combat le plus souvent, sans grandeur, sans bonheur, livré dans la solitude et le silence. Oppressés par la pauvreté, par les âpres soucis domestiques, par les tâches écrasantes et stupides, où les forces se perdent inutilement, sans espoir, sans un rayon de joie, la plupart sont séparés les uns des autres, et n'ont même pas la consolation de pouvoir donner la main à leurs frères dans le malheur, qui les ignorent, et qu'ils ignorent. Ils ne doivent compter que sur eux-mêmes; et il y a des moments où les plus forts fléchissent sous leur peine. Ils appellent un secours, un ami."


Romain Rolland, principi del prefaci de Vie de Beethoven (1903)



Possible traducció:


"L'aire és feixuc al nostre voltant. La vella Europa es torna insensible en una atmosfera pesant i viciada. Un materialisme sense grandesa pesa sobre el pensament, i dificulta l'acció dels governs i individus. El món es mor d'asfíxia en el seu egoisme prudent i vil. El món s'ofega. - Anem a reobrir les finestres. Fem entrar l'aire lliure. Aspirem l'alè dels herois.

La vida és dura. És una lluita diària per aquells que no es resignen a la mediocritat de l'ànima, i sovint una lluita trista, sense grandesa, sense felicitat, lliurada en la solitud i el silenci. Oprimits per la pobresa, per les dures preocupacions domèstiques, per les tasques aclaparadores i estúpides, on les forces es perden inútilment, sense esperança, sense un raig d'alegria, la majoria estan separats els uns dels altres, i ni tan sols tenen el consol de poder donar la mà als seus germans en la desgràcia, que no els coneixen, i que ells no coneixen. Ells han de confiar només en si mateixos; i hi ha moments en què els més forts cedeixen sota la seva pena. Demanen una ajuda, un amic."