diumenge, 11 d’octubre de 2015

Orly






Quin impressionant poema de Jacques Brel de 1977:


"Ils sont plus de deux mille
Et je ne vois qu'eux deux
La pluie les a soudés
Semble-t-il l'un à l'autre
Ils sont plus de deux mille
Et je ne vois qu'eux deux

Et je les sais qui parlent
Il doit lui dire: je t'aime
Elle doit lui dire: je t'aime
Je crois qu'ils sont en train
De ne rien se promettre
Ces deux-là sont trop maigres
Pour être malhonnêtes

Ils sont plus de deux mille
Et je ne vois qu'eux deux

Et brusquement ils pleurent
Ils pleurent à gros bouillons
Tout entourés qu'ils sont
D'adipeux en sueur
Et de bouffeurs d'espoir
Qui les montrent du nez
Mais ces deux déchirés
Superbes de chagrin
Abandonnent aux chiens
L'exploit de les juger

La vie ne fait pas de cadeau!
Et nom de dieu! C'est triste
Orly le dimanche
Avec ou sans Bécaud

Et maintenant ils pleurent
Je veux dire tous les deux
Tout à l'heure c'était lui
Lorsque je disais il
Tout encastrés qu'ils sont
Ils n'entendent plus rien
Que les sanglots de l'autre

Et puis infiniment
Comme deux corps qui prient
Infiniment et lentement ces deux corps
Se séparent et en se séparant
Ces deux corps se déchirent
Et je vous jure qu'ils crient

Et puis ils se reprennent
Redeviennent un seul
Redeviennent le feu
Et puis se redéchirent
Se tiennent par les yeux
Et puis en reculant
Comme la mer se retire
Ils consomment l'adieu
Ils bavent quelques mots
Agitent une vague main
Et brusquement ils fuient
Fuient sans se retourner
Et puis il disparaît
Bouffé par l'escalier

La vie ne fait pas de cadeau!
Et nom de dieu! C'est triste
Orly le dimanche
Avec ou sans Bécaud

Et puis il disparaît
Bouffé par l'escalier
Et elle elle reste là
Cœur en croix bouche ouverte
Sans un cri sans un mot
Elle connaît sa mort
Elle vient de la croiser

Voilà qu'elle se retourne
Et se retourne encore
Ses bras vont jusqu'a terre
Ça y est elle a mille ans
La porte est refermée
La voilà sans lumière
Elle tourne sur elle-même
Et déjà elle sait
Qu'elle tournera toujours
Elle a perdu des hommes
Mais là elle perd l'amour

L'amour le lui a dit
Revoilà l'inutile
Elle vivra des projets
Qui ne feront qu'attendre
La revoilà fragile
Avant que d'être à vendre
Je suis là je le suis
Je n'ose rien pour elle
Que la foule grignote
Comme quelconque fruit."




Possible traducció:

"N'hi ha més de dos mil,
però jo només els veig a ells dos,
la pluja els ha soldat,
sembla ser, l'un a l'altre.
N'hi ha més de dos mil,
però jo només els veig a ells dos.

I sé que estan parlant.
Ell li deu dir: t'estimo,
ella li deu dir: t'estimo.
Crec que no s'estan fent
cap mena de promesa.
Aquests dos són massa prims
per ésser deshonestos.

N'hi ha més de dos mil,
però jo només els veig a ells dos.

I bruscament ploren
ploren a cor que vols,
envoltats com estan
de gent grassa suant
i de destructors d'esperança
que els assenyalen amb el nas.
Però aquests dos esquinçats,
amarats de dolor,
deixen en mans dels gossos
la gesta de jutjar-los.

La vida, no fa pas cap regal!
I, nom de Déu! És trist,
Orly, el diumenge,
amb o sense Bécaud.*

I ara ells ploren,
vull dir tots dos,
abans volia dir ell
quan deia ell.**
Encastats com estan,
no senten res més
que els plors de l'altre.

I llavors ínfimament
com dos cossos que preguen
ínfimament i lentament aquests dos cossos
es separen i separant-se
aquests dos cossos s'esquincen
i us juro que criden.

I llavors es reprenen
esdevenen de nou un de sol,
esdevenen de nou el foc.
I llavors es tornen a esquinçar,
es sostenen pels ulls.
I després reculant,
com el mar es retira,
acompleixen l'adéu.
Balbucegen alguns mots,
agiten una mà vaga,
i bruscament fugen,
fugen sense girar-se,
i llavors ell desapareix,
engolit per l'escala.

La vida, no fa pas cap regal!
I nom de Déu! És trist,
Orly, el diumenge,
amb o sense Bécaud.

I llavors ell desapareix,
engolit per l'escala,
i ella, ella es queda allà,
cor en creu, boca oberta,
sense ni un crit, sense ni un mot;
ella coneix la seva mort,
acaba de creuar-se amb ella.

I heus ací que ella es regira,
i es torna a regirar,
els seus braços arriben fins a terra,
ja està, ella té mil anys.
La porta es torna a tancar,
ella es queda a les fosques,
gira sobre ella mateixa,
i ella ja sap
que girarà per sempre.
Ella ha perdut homes,
però ara perd l'amor.

L'amor li ha dit:
heus ací la inútil.
Ella viurà dels projectes
que no faran més que esperar.
Torna a ser fràgil,
abans que ser a la venda.
Jo soc allà, hi soc,
no goso fer res per ella,
que la multitud rosega
com una fruita qualsevol."



* El 1963 Gilbert Bécaud havia fet una cançó anomenada "Diumenge a Orly". Orly és un dels aeroports de París.

** En francès, ells (ils) i ell (il) sonen igual, d'aquí aquesta mena de comentari gramatical clarificador inserit al poema, que fa de contrapunt al dramatisme general. En una traducció al català això no té sentit, és clar.