dimarts, 22 d’abril de 2014

La joia



Rouault 1945


Parlar de l'experiència espiritual és molt difícil. Trobar textos que s'hi aproximin és tota una sort.

Aquests són de La joie, de Georges Bernanos (1929):

"Était-ce l'oraison? A vrai dire, elle n'en savait rien, et d'ailleurs elle n'eût pas osé appeler ainsi ce qui n'était encore pour elle q'une étrange suspension de la douleur et de la joie, ou le lent évanouissement de l'une et de l'autre en un sentiment unique, indéfinissable, où semblaient se fondre la tendresse, la confiance, une recherche inquiète et pourtant suave, et quelque chose encore qui ressemblait à la même pitié sublime qu'elle avait vue resplendir tant de fois dans les prunelles usées de son maître. (...) "Que Dieu s'est bien caché en vous! Qu'il y repose!", s'était-il écrié un jour, d'une voix tremblante. Il avait emporté sa part de ce secret sous les ombres, et elle était désormais incapable de rien découvrir de la sienne à personne, car elle était très loin d'avoir la moindre idée de ce qui s'accomplissait en elle. (...) Que dire d'une soumission à Dieu si parfaite, si ingénue, qu'elle se distinguait à peine du cours modeste de la vie?" "Mais aujourd'hui, du moins à ces rares moments de bienheureux repos, les paroles s'évanouissaient d'elles-mêmes sur ses lèvres, sans qu'elle y prit garde. La tristesse refoulée, la pitié, ou plutôt l'espèce de crainte douloureuse, pleine de compassion, qu'elle sentait désormais devant chaque visage humain, tout ensemble éclatait dans son coeur en une seule note profonde."


Possible traducció:


"Era la pregària? En realitat, ella no ho sabia, i a més, ella no hauria gosat anomenar així el que encara no era per a ella més que una suspensió estranya del dolor i de la joia, o el lent esvaïment de l'una i l'altra en un sol sentiment, indefinible, on semblaven fondre's la tendresa, la confiança, una recerca inquieta i tot i això suau, i encara una altra cosa que s'assemblava a la mateixa pietat sublim que havia vist brillar tan sovint als ulls gastats del seu mestre. ( ... ) "Que bé que s'ha amagat Déu en tu! Que hi reposi!", havia exclamar un dia, amb una veu tremolosa. Ell s'havia endut la seva part d'aquest secret sota les ombres, i ella era en aquell moment incapaç de mostrar res de la seva a ningú, ja que estava molt lluny de tenir la més mínima idea del que li estava passant. ( ... ) Què dir d'una submissió a Déu tan perfecte, tan ingènua, que amb prou feines podia distingir-se del transcurs modest de la vida?" "Però avui, almenys en aquests rars moments de benaurat repòs, les paraules s'esvaïen per elles mateixes en els seus llavis, sense que ella hi anés amb compte. La tristesa reprimida, la pietat, o més aviat la mena de por dolorosa, plena de compassió, que ella sentia ara davant de cada rostre humà, tot esclatava alhora en el seu cor en una sola nota profunda."